Page BULLETIN   Cette page collecte les messages envoyés par Bernie Paoletti, partie en octobre 2013 tribuler en Amérique du Sud

1 Le 06/10/2013

PERO DONDE ?

 2 Le 08/10/2013

2 / BERNIE en jubilacion

Si je vous dis: mas a onde? Vous aurez trouvé la première escale d'un voyage au long cours d'un peu plus de cinq mois à travers la «terra incognita», avec au programme pas moins de cinq destinations: Brasil, Paraguay, Argentina, Chile, Uruguay, histoire de passer l'hiver au soleil.

Jeune femme en retraite, en «jubilacion» como se dice en español, «jubilassioun» pour les locaux, échappée volontaire de l'Education nationale en friches, Bernie troque la baie des anges pour celle de Rio. Escapade tranquille à priori... Sauf que, sous les cocotiers, des centaines d'enseignants d'écoles maternelles et primaires en grève depuis cinquante jours, manifestent leur mécontentement à propos d'un plan de carrière concocté par un copain de la bande à Peillon, pas vraiment à leur avantage: 40 heures par semaine à 8 euros de l'heure... et des heurts ont éclaté entre les 700 policiers mobilisés pour une drôle de samba et des en-saignants aussi humiliés et méprisés que leurs homologues français. Les mouvements sociaux se multiplient à l'occasion des évènements planétaires qui vont bientôt se dérouler au pays de Pelé...

Adelita à la rescousse sur les barricades aux côtés des cariocas? Pourquoi pas? Surtout qu'elle n'a pas grand chose à faire...

Suite du reportage dans à peine quelques heures: J moins pas grand chose... Mercredi...

Merci à tous ceux qui ont contribué d'une façon ou d'une autre à l'envol...

Apprendre à se délester des bagages si lourds qui aliénent sa liberté. En attendant le sac pèse 20 kilos!

Dans mon sac il y a Sampiero, Peter B, Alain G.

3 10/10/2013

à l'ombre du Cristo Corcovado qui veille sur mon sommeil, et surveille les nourritures terrestres qui encombrent mon assiette: mangue pulpeuse et ananas frais sirupeux, gâteaux fourrés à la crème de goyave savoureuse, jus de cajou, pastèque écarlate et melon pâle, le Brésil hisse déjà ses couleurs qui j'espère illumineront votre journée d'automne... ici le soleil resplendit.

A tous ceux qui m'accompagnent et qui déjà inondent ma boîte... et mes pensés.

jeudi 10 octobre 2013. 7 heures Rio s'éveille

terrasse de l'hôtel

        4 10/10/2013

même jour 12h 25° à l'ombre du parasol, sirotant le coco de la noix... il est des pires situations... Un vent léger distille juste ce qu'il faut d'air pour supporter un soleil régénérant. Il n'y a pas foule ce matin à Copacabana, sur le mythique pavage en noir et blanc où dansent les vagues en mosaïques; peut-être des gens travaillent? D'autres déambulent à leur rythme. Détour par le petit marché bruyant et coloré.

14h c'est l'heure de a primeira cerveja :bohemia.. ça m'va..

Première viande «a gaucho» sabrosa

les drapeaux flottent au bord de l'océan hérissé d'écume

tudo bem

 

Comme le Beaujolais nouveau va arriver bientôt dans votre automne, la nouvelle Bernie est arrivée dans le printemps frivole brésilien.

 5 vendredi 11 octobre

De l'autre côté de la baie de Guanabara, le Museu de Art Contemporanea

mérite le détour pour la vue sur la baie de Rio, et pour l'étonnante architecture de l'édifice, imaginée par le grand architecte Oscar Niemeyer, adepte de Le Corbusier, créateur de la capitale Brasilia. A ses yeux, l'ennemi étant la ligne droite, il opte pour des lignes ondoyantes, audacieuses, accordées aux courbes des plages. Ainsi cette soucoupe volante « um museu a surgir solto no espaça como uma flor ».

petite halte au restaurant : salade de quinoa, crevettes, mangue et caju ; torta caju, purée mango, glace coco.

Cette journée loin des circuits classiques permet d'apprécier l'amabilité des brésiliens, serviables et attentionnés ; de plus ils ne sont pas si accrocs à leur portable et semblent moins fumer ; aucune insécurité palpable .

Le ponte Rio Niteroi court sur l'eau sur 14 km ; 4h de bus dans un trafic monstre. Crépuscule sur la bahia avec ses myriades de bateaux à l'ancre, barques et cargos immobiles et silencieux, pointillant leur lampions - petit air de Mer de Marmara - Rio s'illumine peu à peu ceinturée d'un chapelet de perles d'or et de grenats ; les cascades de diamants dévalent des favelas ; la baie presque endormie semble un écrin débordant de joyaux . Seul le Cristo Corcovado détonne dans sa blancheur immaculée .

6 samedi 12 octobre

RIO VERDE

Loin de l'effervescence du centro de la cidade, des enchevêtrements inextricables de buidings géants, de dédales de rues encombrées et bruyantes, du béton et des tours de verre, voici le Rio verde, selva plantée au pied du Corcovado. Plus de 6000 espèces végétales bourgeonnent, éclosent, se déploient, resplendissent et se fanent à deux pas de la cohue dans un jardin d'Eden ; les épices ont incité les navigateurs portugais à courir les océans .. ils débarqueront leurs précieuses semences venues d'Orient dans un jardin d'acclimatation toujours grandissant.

Une journée suffit à peine pour faire le tour de cette pépinière grandiose, envahie par les familles en promenade.

A l'entrée, l'allée des palmiers impériaux saisit le regard tant la hauteur et l'alignement parfait impressionnent.

Par endroit, la canopée est si dense que le ciel est à peine visible.

Les bambous démesurés sont couverts de graffitis évocateurs.

Les racines étranglent les arbres comme la ville ensorcelle.

Mais le clou du spectacle est sans conteste  le « ravenata madagascariensis », j'ai nommé l'arvore do viajante ou arbre du voyageur ; dans une palette de verts infinie, une véritable forêt intérieure de ces arbres gigantesques donne ombrage à un agréable bassin où s'épanouissent les extraordinaires vitoria-regia, nénuphars d'Amazonie : époustouflant .

Bernich do Brasil conquise par Rio ?

« Partout où se pose le regard, à Rio, il est émerveillé. Il n'y a pas de ville plus belle au monde- ceux qui l'ont vue ne me contrediront pas-et aucune n'est aussi inépuisable et aussi inextricable. On ne finit jamais de la découvrir. » Stéphen Zweig

7 / Domingo a Copacabana

 

Priorité aux piétons et ambiance décontractée ce matin à Copa où le spectacle de rue est permanent : grands petits, gros moins gros, jeunes moins jeunes, pieds nus en tongues, à vélo à roulettes, à pied en courant en marchant, chien ou coq en laisse, vendeurs de tout de rien, de maillots paréos chapeaux cocos, de parasols et autres babioles, nageurs, joueurs de ballon rond volley beach ball, ovalie au féminin, pros des châteaux de sable, les cariocas sympas, joyeux, bruyants croquent la vie à plein sourire ; ils mangent boivent chantent rient -disfrutan- Il y a de la place pour tous les corps libres et sans complexes . Universalité du lieu, Art de vivre, c'est une véritable institution populaire que de se promener le dimanche à Copa. Pieds nus dans le sable chaud, les virtuoses du ballon rond s'adonnent à leur religion préférée ; loin du marketing européen et des Ribéri payés à prix d'or, ces autres talons d'or prennent du plaisir avant tout ; que les brésiliens exportés dans les clubs outre Atlantique n'y perdent pas leur âme d 'enfant ; une coupe du monde les attend .

Jusqu'au bout du jour, les cariocas caracolent beaux et bronzés, tels des confetti multicolores virevoltant sur le dallage mythique en noir et blanc .

 

Bernie tombe par hasard sur une monstrueuse gay pride.. mais qu'allait-elle faire dans cette galère ? Manifestation burlesque et bruyante à y laisser les tympans. La foule compacte laisse imaginer le rassemblement des JMJ juillet dernier : trois millions de jeunes autour du Pape François, ici sur cette même plage , pas tout à fait pour la même cause.

 

Fin de journée au ristorante Bella Blu avec repas au kilo ; dans une grande assiette, très grande.. tu entasses tout ce que tu aimes ; et tu payes au poids.. crevettes en sauce à l'ananas..........et petits pois ?

match TV championnat de foot : BOTAFOGO conte FLAMENGO ...GOOOOOOLLLL..on est pas couché..

 

Boa noite de Copacabana

 

7 Rio dimanche 13 octobre

 

Domingo a Copacabana

 

Priorité aux piétons et ambiance décontractée ce matin à Copa où le spectacle de rue est permanent : grands petits, gros moins gros, jeunes moins jeunes, pieds nus en tongues, à vélo à roulettes, à pied en courant en marchant, chien ou coq en laisse, vendeurs de tout de rien, de maillots paréos chapeaux cocos, de parasols et autres babioles, nageurs, joueurs de ballon rond volley beach ball, ovalie au féminin, pros des châteaux de sable, les cariocas sympas, joyeux, bruyants croquent la vie à plein sourire ; ils mangent boivent chantent rient -disfrutan- Il y a de la place pour tous les corps libres et sans complexes . Universalité du lieu, Art de vivre, c'est une véritable institution populaire que de se promener le dimanche à Copa. Pieds nus dans le sable chaud, les virtuoses du ballon rond s'adonnent à leur religion préférée ; loin du marketing européen et des Ribéri payés à prix d'or, ces autres talons d'or prennent du plaisir avant tout ; que les brésiliens exportés dans les clubs outre Atlantique n'y perdent pas leur âme d 'enfant ; une coupe du monde les attend .

Jusqu'au bout du jour, les cariocas caracolent beaux et bronzés, tels des confetti multicolores virevoltant sur le dallage mythique en noir et blanc .

 

Bernie tombe par hasard sur une monstrueuse gay pride.. mais qu'allait-elle faire dans cette galère ? Manifestation burlesque et bruyante à y laisser les tympans. La foule compacte laisse imaginer le rassemblement des JMJ juillet dernier : trois millions de jeunes autour du Pape François, ici sur cette même plage , pas tout à fait pour la même cause.

 

Fin de journée au ristorante Bella Blu avec repas au kilo ; dans une grande assiette, très grande.. tu entasses tout ce que tu aimes ; et tu payes au poids.. crevettes en sauce à l'ananas..........et petits pois ?

match TV championnat de foot : BOTAFOGO conte FLAMENGO ...GOOOOOOLLLL..on est pas couché..

 

Boa noite de Copacabana

Si vous voulez connaitre la suite des aventures de Bernie PAOLETTI, demandez lui de vous inscrire sur son mailing, vous recevrez ainsi directement ses mails dans votre boîte.

Ses coordonnées sont accessibles sur la page ADHERENTS du site. www.voyageurs06.fr